La cabane qui sèche

On est passés deux fois devant elle quand on la trouve enfin. La cabane en pierre sèche. Dans son écheveau de rameaux. Protégée des assauts.

Qu’a-t-elle vu ? Une porte en bois la bâillonne. On a beau entrer dans son antre. Rien n’y fait. Elle nous sèche. Elle ne dira rien de ses secrets.

Tapie dans l’ombre du bois, elle se dissimule sous une mousse épaisse, dans les fougères. On ne la distingue plus. C’est une cabane-caméléon.

En s’en approchant, on s’enfonce dans son mystère.

  • 22 Mai 2016
    PAR Magouille

Commenter