💼
  • 26 Fév 2018
    par Magali

3 💭

Ecrire un récit : comment finir ?

Je n’aime pas les fins. Je n’aime pas dire au revoir. Je n’aime pas finir un plat. Je n’aime pas voir The End d’un film bien, ni voir les derniers mots de la dernière page d’un livre bien. Ce qui me plaît avec un blog, c’est qu’a priori il est sans fin.

Mais à chaque billet, revient encore et encore le même calvaire : finir. Boucler. Mettre un point final. Conclure. Trouver la chute. C’est comme pousser le rocher de Sisyphe, mais en pire.

La Fin D'un Livre
Autre truc dur : refermer les dernières pages d’un livre…

Ce troublant point final

Ecrire une fin, c’est dur. C’est dur pour plusieurs raisons :

  1. on ne veut pas se quitter – on était si bien ensemble
  2. on ne sait pas quoi dire – au risque de paraître banal ou cérémonial
  3. on veut faire un truc marquant – mais qu’est-ce qui est approprié ?

Quand j’écris pour le blog, je fais passer un crash test à mon billet. Est-ce intéressant ? Est-ce que ça peut apporter quelque chose à mes lecteurs : un conseil, une source d’infos, une matière à réflexion, un bon moment ? A-t-on envie de réagir : sourire, grogner ? Ai-je une bonne fin ?

Très souvent, je suis sceptique. Très souvent, la fin me bloque.

Je me suis rendue compte que 99% de mes billets finissaient de la même façon. Soit je dressais une morale pour finir sur le « mot de la fin ». Soit j’optais pour une ouverture digne d’une conclusion de dissert’ de 3ème.

Ces modes d’emploi me créaient des béquilles mentales. Comme un artisan, je répétais les mêmes gestes, la même construction à l’infini. Je posais une gouttière pour faire couler l’eau toujours dans le même sens, et ça faisait flop.

Message Écrire La Fin

Quel type de fin rédiger ?

La fin est un passage obligé du storytelling. Un exercice d’équilibriste délicat. Certains écrivains disent qu’on ne choisit pas une fin et que c’est notre récit qui choisit sa fin. J’aime bien cette idée de magie.

En revanche, ce discours de sage Empire céleste ou Légende des sabres volants ne résout pas mon problème : où amener le récit ? Comment le boucler ? Une question aux lecteurs ? Une blague ? Une morale de fin ? Un petit mot qui surprend ? Faut-il finir, seulement ?

J’ai ouvert mes chakras en dressant une typologie des scénarios possibles.

Types de fin :


  • Le bon mot de la fin
    on écrit la morale de l’histoire
    la vérité vous illumine, mais peut faire mal aux yeux – bof

  • L’ouverture
    on trouve une question matière à débat
    ça fait réfléchir, ça peut lancer les commentaires (quand les gens commentent)

  • La non-fin
    on finit sans finir comme on rompt sans rompre
    ça se tente, mais est-ce que ça se fait vraiment ?

  • L’affaire à suivre
    on laisse le lecteur en suspend pour créer du suspens
    comme le « to be continued » d’un bon thriller, ça peut marcher sur un blog

  • Le twist
    c’est la fin que l’on ne devine pas
    ça surprend, mais le risque c’est de tomber à côté de la plaque

  • La conclusion attendue
    on boucle l’histoire dans la suite logique du récit
    le lecteur comprend dès le début le happy end

Cette liste est une base. Certaines options sont combinables : comme le twist qui laisse l’histoire en suspend ou l’ouverture qui arrive comme une conclusion attendue…

Il n’y a pas de fin idéale. Celle qui fonctionnerait universellement, dans tous les récits. Le sage céleste a raison. La fin doit découler du récit. Elle doit coller avec tout ce qui s’est dit avant. La fin est situationniste.

Fin-recit

C’est quoi une bonne fin alors ?

Comme toute amatrice de film/série/bouquin, j’aime bien analyser, débattre, anticiper les fins, et j’aime rarement être déçue.

Une bonne fin procure un effet. C’est comme si la voix mélancolique de The Doors résonnait en fond sonore. On est scotché, on a le coeur serré mais on est heureux que ça se finisse.

This is the end, beautiful friend
This is the end, my only friend, the end
Of our elaborate plans, the end
Of everything that stands, the end
No safety or surprise, the end
I’ll never look into your eyes, again

Elle est mémorable mais minimaliste. Elle doit être rapide, sans effusion, efficace, marquante, pas trop trop prévisible, ni trop « Cotillard dans Batman » rapide-gâché. Elle évite la bataille de pop corn ou le jet de tomates, mais elle peut ouvrir des minutes (heures ?) de réflexion. Mais qu’a-t-il voulu dire ?

Est-ce qu’on a besoin de fins prévisibles ou de choses qui nous surprennent ? Ou des deux ? Une fin trop prévisible a le super potentiel d’être une fin ratée. Pourtant les génies du storytelling hollywoodien usent et abusent de la fin « logique ». C’est que ça marche.

Rrra, faut finir…

Sur un blog, faut-il varier les types de fin ? J’expérimente sans préméditer. En tant lectrice, ça ne me dérange pas que certains blogs conduisent leurs billets de la même façon. Ca plante une tonalité cohérente, un cadre rassurant. Je sais à quoi m’attendre.

Quand il arrive sur la page d’accueil d’un blog, le lecteur commence par la fin (le dernier billet paru). J’ai essayé ça à l’échelle de billets : finir par le début. Mais finalement la fin idéale, ce serait pas comme dans une Histoire sans fin ? La fin surnaturelle qui se remodèlerait en fonction du lecteur qui rentrerait dans le récit et deviendrait acteur ? La fin qui appartiendrait totalement au lecteur ?

Voilà. C’est une fin-twist-ouverture-saut de chat-pas chassé. Bullshit ou pas ?
Ecrire-la-fin-dun-recitEcrire-la-fin-dun-recit-photo-pinterest
Commenter




3 réactions
  1. Très intéressant ce billet ! Je pense être dans la categorie de ceux qui suivent toujours la même structure, ça doit être le côté historien qui ressort.

    • Merci Poppy – ton commentaire me fait bien plaisir ! Je ne savais pas que tu étais historienne 😉

      Magouille
  2. Je ne sais pas lire ,je ne parviens pas à lire, finalement à te lire ici va peut être me donner l’envie de reprendre les livres commencés et abandonnés……..

    Chantal