MERRY
GRAPH

Le jour à j’ai demandé une autorisation de travail

Nous sommes arrivés aux USA avec deux visas J-1 et J-2. Trublion a obtenu son visa J-1 grâce à un post-doc à l’UCSC (Université de Californie Santa Cruz). Moi, Magouille, suis en possession d’un visa J-2, qui ne m’autorise pas à travailler, sauf si j’en fais la demande.

Sitôt arrivée, je me suis donc investie d’une nouvelle mission administrative (chouette, alors) : demander une autorisation de travailler. Au long de nos démarches d’expatriation, nous avons trouvé tout un tas de retours d’expériences sur Internet qui nous ont bien éclairés. A nous de les partager à notre tour, en espérant que cela puisse aider certains…

Demander son permis de travail de J-2 aux USA

Les ingrédients :
  • Un ordinateur connecté au Web
  • Une photocopieuse
  • Les documents officiels du J-1 et du J-2 (passeports, visas tamponnés, DS-2019 re-signés par l’employeur à l’arrivée sur le territoire, I-94, lettre d’embauche du J-1)
  • Deux photos d’identité de vous, J-2, au format américain (5 x 5 cm) – si vous avez eu la chance de les garder, vous pouvez utiliser celles faites pour votre RDV à l’Ambassade des Etats-Unis en France, qu’on a dû vous rendre
  • Une adresse aux Etats-Unis
  • Votre carte de crédit (ou chèque d’un compte bancaire américain)
  • Des dollars pour aller à La Poste la plus proche (USPS… ou FedEx… ou UPS)
  • Un peu de concentration et… de patience administrative

La recette :
  1. Une fois arrivé(e) sur le territoire américain (et pas avant), vous pouvez faire votre demande en vous rendant sur le site du service d’immigration américain (USCIS) dans la rubrique « I-765, Application for Employment Authorization« 
  2. Là, vous avez deux choix pour faire votre demande : la procédure papier (si vous avez déjà un compte en banque américain et que vous êtes en mesure de faire des chèques ou des mandats, c’est possible) ou la procédure électronique (sachant qu’il faudra de toute façon envoyer vos petits justificatifs par courrier, mais que vous pourrez payer en ligne par carte de crédit) 
  3. Pour la version électronique (méthode que j’ai choisie), il vous faudra remplir en ligne le formulaire I-765, qui est assez simple (hourra !) – il faut pouvoir renseigner une adresse aux Etats-Unis et votre « alien number » (celui qu’on vous a fourni en descendant de la soucoupe volante celui qui est indiqué sur votre I-94)
  4. Une fois le formulaire rempli, vous devrez vous acquitter de la modique somme de 380 dollars, et vous obtiendrez un « confirmation receipt » par PDF (pensez à bien l’enregistrer et à l’imprimer en 2 exemplaires, vous en aurez besoin pour la suite)
  5. Version papier : vous remplirez le même formulaire, mais à la main et vous vous acquitterez de la même somme
  6. Vient ensuite la rédaction d’une lettre certifiant que vous, J-2, ne souhaitez pas travailler pour subvenir aux besoins de votre J-1 (chiffres à l’appui, vous devrez démontrer que ce que le J-1 gagne suffit à couvrir le loyer, l’alimentation, l’assurance santé…). Il vous faudra motiver que vous souhaitez travailler pour vos intérêts personnels (immersion dans la culture américaine, financement de vos voyages et loisirs aux USA, poursuite de votre carrière personnelle…). Sur Internet, il existe de nombreux exemples de lettres pour vous aider. Personnellement, je suis partie du modèle mis à disposition par l’UCSC, qui est assez bien fait
  7. Faites les photocopies de tous vos justificatifs : DS-2019 signés, I-94, passeports, visas tamponnés (sur cette partie, je me suis longuement interrogée sur ce qu’il fallait réellement envoyer, car dans son document récapitulatif, le service de l’immigration demande seulement une copie du DS-2019 du J-1, la lettre écrite par le J-2, le I-94 du J-2, une copie d’un papier officiel (passeport ou visa…) et deux photos d’identité ; tandis que l’Université me conseillait d’envoyer la photocopie de tous les papiers du J-1 et du J-2… Dans le doute, j’ai tout envoyé)
  8. Compilez soigneusement vos documents avec le « confirmation receipt » en premier, puis votre lettre signée, et tous les justificatifs (au dos des photos et en haut de chaque photocopie, indiquez votre nom au stylo Bic et votre numéro d’alien, pour éviter que cela ne se perde une fois le courrier défait)
  9. Etape ultime : l’envoi. Si vous êtes un peu perdu(e) car vous venez d’arriver, je vous conseille de vous rendre à l’USPS la plus proche (la Poste américaine). Je n’ai pas testé FedEx ni UPS, mais il me semble que c’est plus cher pour un service équivalent… Chez USPS, des enveloppes sont mises à disposition gratuitement. Vous pourrez finir de préparer tranquillement votre petit courrier, et procéder ensuite au timbrage (5 dollars 75) au guichet ou via un distributeur. Vous aurez un reçu qui vous permettra de suivre la réception de votre courrier
  10. Croisez les doigts et faites preuve de patience… Vous pourrez suivre l’état de votre demande en ligne dans la rubrique My Case Status, en indiquant votre numéro de « confirmation receipt »

Autres articles utiles :

Commenter