Déguster du vin dans les montagnes de Californie

Le vin, c’est bon. Le bon vin, c’est encore meilleur. Mais alors que valent les vins californiens ? C’est une question que l’on cherche à élucider depuis notre arrivée aux Etats-Unis. Samedi dernier, on est partis goûter quelques crus du coins.

ridge

En route pour les dégustations !

Souvenez-vous des amis qui nous avaient offert une croisière pour aller voir les baleines dans la baie de Monterey… ils avaient doublonné leur bonne idée en nous offrant deux passeports pour découvrir les vignobles des montagnes de Santa Cruz.

L’association des viticulteurs de cette région (Santa Cruz Mountains Winegrowers Association) organise 4 fois par an des Passport Days. Le grand public peut venir goûter des vins directement chez les producteurs en présentant un passeport. Fièrement munis de nos laissez-passer, nous avons mis les voiles, samedi, pour les châteaux de notre choix :
  • Ridge Vineyards Montebello : un big one du coin, situé tout en haut d’une montagne, en allant vers San José ; la petite route escarpée de type méditerranéen était très belle pour y accéder, le site très joli
ridge vineyards

  • Black Ridge Vineyards : derrière des apparences de château cossu, une exploitation familiale, placée vers Los Gatos, dans un joli site aussi, avec un accueil sympa et chaleureux
black ridge vineyards

  • Silver Mountain Vineyards : une plus petite structure, également, plus festive, logée sur une montagne, au-dessus de Soquel   
silver mountain

Californian mondovino

Petit topo sur le vin d’ici : à peu près 90% des vins américains viennent de Californie. Si l’état californien représente environ 80% du territoire français en superficie, les US restent derrière la France, l’Italie et l’Espagne en termes de production. Le vin n’est a priori pas la boisson nationale des USA : en moyenne, un Américain consomme 4 fois moins de vin qu’un Français, et 2 fois plus de bière. Chose intéressante néanmoins : la production et le commerce de vin explosent aux Etats-Unis depuis les années 80 !

Parmi les régions à vin de renommée mondiale : la Napa Valley et Sonoma County (au nord de San Francisco). Mendocino, Paso Robles, Santa Cruz Mountains… sont d’autres exemples de régions productrices. Cette carte des régions à vins de Californie montre la diversité des AVAs (American Viticultural Areas) en Californie. Dans notre imaginaire, on avait en tête d’immenses propriétés luxuriantes, au-dessus desquelles plane l’ombrrre de… Robert Parker ! Il existe certes de gros vignobles. Mais ils n’excluent pas les petites exploitations plus familiales.

L’appellation Santa Cruz Mountains

Trois facteurs font la spécificité du terroir de Santa Cruz :
  • ses montagnes escarpées, 
  • l’influence océanique,
  • la proximité de la baie de San Francisco.

L’histoire du vin dans les montagnes de Santa Cruz remonte au 19ème siècle, d’abord avec les plantations des missionnaires, puis avec de premières implantations d’exploitations viticoles par des Ecossais, des Italiens et des Français (Ben Lomond, Vine Hill, Villa Fontenay…). La Prohibition dans les années 20/30 a mis un coup à l’expansion du vin californien. La production n’a sérieusement repris que bien après… En 1976, le « Jugement de Paris« , une dégustation d’experts mettant en compétition vins français et américains, a montré que les vins californiens méritaient de la considération !


L’appellation des Santa Cruz Mountains existe depuis les années 80. Elle comprend des exploitations historiques, comme Ridge Vineyards, Mountain Winery (fondé par Paul Masson, un Français émigré) ou Savannah-Chanelle (à l’origine de laquelle ont également oeuvré des Français). Mais ce qui est intéressant, c’est de voir la florescence de jeunes wineries depuis les années 80 (certains viticulteurs étaient surnommés à l’époque les « Rhone Rangers ») et l’affirmation d’une culture du vin locale (avec des wine clubs, qui proposent des barbecues et autres évènements festifs, comme le foulage au pied du raisin, nous a-t-on dit). Le vin aux US, c’est fun !

Un exemple rigolo : Bonny Doon, populaire ici, créé en 1983 par Randall Grahm, qui en plus d’être un vigneron « éclectique », se veut philosophe (après tout, pourquoi pas). Le marketing de l’entreprise semble plus proche de l’univers de Charlie et la Chocolaterie, que de celui d’un château classique cherchant à montrer sa grande classe avec de jolies enluminures (pour preuve : le site Web de Bonny Doon). Clairement, la « philosophie » du Monsieur, c’est de révéler une touch unique, une identité propre à celle du Nouveau Monde (vs. le Vieux Monde).

Notre retour d’expériences

L’histoire (et la géographie) fournissent une base pour mieux comprendre le vin californien. Il est différent du vin français, et en cela, il faut le boire différemment. C’est la conclusion à laquelle nous sommes arrivés aussi en les goûtant.

Bien-sûr, il s’agit de notre avis purement personnel… Mais voici notre débrief :
  1. Les vins californiens sont très alcoolisés (hic). On se dit tout naturellement que le soleil de Californie fait que les raisins sont plus sucrés, et donc le vin plus fort en alcool (de 14 à 16%). Les vins étaient moins chargés il y a 20 ans… Apparemment, Robert Parker est passé par là. Quand il était critique de la zone californienne, il tendait à privilégier les vins plus forts en alcool (hum, le coquin). Nous, on est pas très fans du goût proéminent.
  2. Ils ont toujours un nez enthousiasmant. Ca sent toujours très très bon. Ca flatte les naseaux. On se régale rien qu’en sentant le vin.
  3. Ils sont plats en fin de bouche. Ils attaquent souvent très fort (d’autant plus qu’ils titrent…). Mais le voyage s’arrête souvent là. Pendant les dégust’, on était assez perplexe quand on nous parlait de complexité du vin. On doit pas avoir le même décodeur…
  4. Le Bordeaux-style est à éviter. Déjà, on est là pour boire des vins california-style ! Et pi, on a goûté des Bordeaux blends (comprendre que c’est fait à partir de cabernet sauvignon et de merlot), et on a été assez déçus.
  5. Certains créent vraiment la surprise. Ce n’était pas spécialement ceux qu’on nous indiquait comme étant les meilleurs. Nos coups-de-coeurs venaient plutôt de vins atypiques, différents de ceux qu’on a l’habitude de boire, qui pour le coup nous faisait voyager…
Malgré ces considérations générales, quelques différences :
  • Ridge : très alcoolisés, avec quelques Bordeaux blends, assemblés comme celui classé dans le Jugement de Paris en 1976… pas forcément nos préférés.
  • Black Ridge : un côté minéral (très montagne) dans tous leurs vins, un goût d’alcool moins présent ; là, on a préféré (Viognier 2010 en blanc et San Andreas 2009 en rouge).
  • Silver Mountain : un grand choix de vins, certains assez étonnants (comme leur Syrah 2007 qu’on a bien aimé).
Bon, ce n’est qu’un début de notre acculturation aux vins du pays. Il nous reste encore beaucoup de choses à découvrir. En attendant, le supermarché du coin, plus accessible, regorge de plein de vins à goûter !


> Pour en savoir plus

Commenter




4 réactions
  1. J'adore vos photos mais moi j'aimerais bien vous voir de temps en temps sur les photos justement!! Montrez vos bouilles!!!

  2. On est timides !!!

  3. Ridge et Bonny doon : on continue à s'en faire livrer chez nous au Kansas : Ridge c'était juste au dessus de chez nous à Cupertino …

  4. Très sympa comme coin, celui de Ridge ! Vous deviez être bien là-bas… On n'a pas encore goûter Bonny Doon… Mais c'est en ligne de mire