💼
  • 6 Sep 2018
    par Magali

2 💭

Bordeaux, c’est quelle couleur ?

C’est marrant que Bordeaux ait un nom de couleur, je me suis dit l’autre jour. Avant de revenir à l’évidence : Bordeaux a donné son nom à la couleur. C’est la couleur qui a son nom, pas l’inverse. Mais quand je pense à Bordeaux, je pense par extension à la couleur bordeaux. Les deux — ville et couleur — se sont-elles liées dans l’imaginaire collectif ?

Couleurs Aquarelle

Couleur bordeaux

C’est un rouge grenat, très foncé, presque marron violacé. Si elle tire trop vers le marron ou le violet, c’est un marron ou violet, ce n’est plus un bordeaux. C’est une couleur capricieuse, à la nuance délicate, aux exigences spécifiques. La perception et la définition d’une couleur sont subjectives. Peut-être que ce vous trouverez bordeaux ne sera pas bordeaux pour moi, et vice versa. Les couleurs Pantone « bordeaux » ne sont pas bordeaux, pour moi. Elles sont mauve foncé — lie de vin, je dirai.

Couleur Bordeaux

C’est une couleur que je trouve belle, originale, mais pas commune, ni super seyante. Elle fait très « cérémonie officielle », trop austère, pas joyeuse. Si je cherche des choses bordeaux autour de moi, je ne trouve pas grand chose. Un vieux pantalon que je ne mets plus, un vernis à ongles (qui s’appelle Los Angeles — marrant). C’est une couleur que je croise plus fréquemment sur de vieux volets.

D’ailleurs, dans le Bordelais, en clin d’oeil au vin, on trouve des volets de chais bordeaux. L’entreprise de canelés Baillardran a une enseigne bordeaux, ce n’est sans doute pas un hasard.

origine

Album sur le vin

Le bordeaux tire son nom de la couleur du vin rouge. Ce serait des teinturiers anglais, au 19ème siècle, qui auraient donné cette appellation en cherchant des noms exotiques pour décrire les couleurs (cf. Wikipedia). Les Anglophones disent « burgundy » ; les Québecois, « bourgogne ». Autre couleur vinicole : le « lie de vin », plus violet.

Le Bordeaux est devenu une couleur. Mais on ne dira pas qu’un Bordeaux est bordeaux.

1. Ce serait un pléonasme dur à assumer.

2. Ca pourrait être faux. Le Bordeaux n’est pas forcément bordeaux. Les vins peuvent avoir des robes très différentes.

3. Pour décrire la robe d’un vin, on ne peut pas aller vers la facilité. Trouver les mots justes pour dépeindre sa nuance doit être un exercice difficile de vocabulaire — à apprécier autant que le vin. Il faut être snob et inventif : rubis dense, pourpre profond, prune irradiante…

symbolisme

Le rouge, c’est la couleur de l’amour, de la passion, mais aussi du pouvoir, du danger, du sang. Le bordeaux est intense, profond, obscur. Bordeaux hérite-t-elle par ricochet d’un symbolisme négatif ? Je me demande.

Les couleurs sont porteuses de signification. On y associe des symboles, des images, des expressions. Voir rouge. Vert de rage. Rire jaune. Etre fleur bleue. Couleurs et émotions sont liées. On dit même qu’elles ont des vertus, qu’elles pourraient nous influencer.

Bordeaux et ses couleurs

Bordeaux est souvent reliée à un monde bourgeois, froid, secret. Quand je demande pourquoi, la réponse varie, comme tout ce qui est subjectif, ça reste impalpable, une impression difficile à justifier : les gens ne sourient pas, les façades sont bourgeoises, il pleut. On m’a aussi dit totalement l’inverse : les gens sourient, les maisons sont simples, le climat est cool.

Moi je me demande si sa couleur n’aurait pas déteinte sur elle. Et que donc tout ça ne serait pas une question de lunettes teintées.

Couleur Bordeaux

Photo de fond : Darwin / Police et aquarelle : Atmosphere

Les association d’idées nous font créer des images composites. Comme des photos en multiples expositions. Les images se superposent, s’associent, ne font plus qu’une. Bordeaux est une échoppe, une place de murs blonds calcaire, un verre de vin à la robe pourpre, au nez de groseille, cerise noire et charbon ardent, un fleuve grognon et sauvage.

Bordeaux est une couleur. En plus d’être une ville, un vin. Les sens s’interpénètrent. Nos sens s’emmêlent. C’est comme si on était tous un peu atteints de synesthésie — ce phénomène qui fait que certains visualisent une couleur quand ils lisent une lettre (un I jaune ou un O rouge) ou entendent un son (un do orange ou un sol violet). Bordeaux est bordeaux .

Mais pour moi, Bordeaux est aussi bleue. Comme son ciel (que l’on voit beaucoup car les édifices sont bas). Jaune l’été. Grise l’hiver. Verte, comme les coteaux de la rive droite, comme la Garonne en août. Kaléidoscopique, en fait.

Commenter




2 réactions
  1. Bonne idee c est gai malin à continuer

    Zaza33
    • Merci Zaza33 de ce commentaire chaleureux – bonne journée et à bientôt 🙂