MERRY
GRAPH
  • juin 26, 2014
    PAR Magouille
    actu : mai 18, 2016

12

Parler anglais dans la vraie vie (mini-guide)


Savoir parler l’anglais, c’est comme savoir faire de la bicyclette. Cela ne sert pas forcément tous les jours, mais c’est fort utile. En partant aux USA, on pensait que ça allait rouler. Mais on s’est heurtés à des nids de poules.

Car oui, le vrai anglais américain in real life est totalement différent de l’anglais qu’on a appris à baragouiner de son pays. Ca secoue un peu, mais il y a tout un (ré)apprentissage à faire ! Notre témoignage et quelques tuyaux :


1. Plonger dans le bain

Le grand saut Hop, vous passez la douane. Vous voilà dans un nouveau monde. Celui où tout le monde parle anglais, PARTOUT. On vous a dit que l’anglais n’était pas la langue officielle des US ; mais regardons la réalité en face : difficile d’en faire l’impasse. Mais tout va bien se passer, on se relaxe ! Timing : immédiat

L’effet éponge La plupart du temps, même s’ils se rendent compte que vous êtes étrangers, les Américains ne font pas toujours d’efforts pour vous comprendre ou se faire comprendre. Ca peut être décourageant. Et puis, GOOD NEWS : avec le temps, on se surprend (!) à comprendre des choses qu’on n’aurait jamais comprises avant. L’effet est magique. Avec l’immersion, la compréhension se développe incroyablement. Timing : 3 mois / 6 mois


Exemple de vécu (faut pas se moquer) :

Monsieur le Caissier – « You have a good one! »
Magouille, émue – « Trop sympa, j’ai même pas fait de blague et le Monsieur, il me dit ‘you are a good one!' »
Trublion, incrédule – « Nan, le Monsieur, là, il t’a souhaité une bonne journée. »

Explication de texte : Les Américains ont le sens pratique. Plutôt que de déterminer si c’est l’evening, le morning ou quoi, ils vous souhaitent direct « a good one ». A vous de choisir la mention manquante.

2. Choper le rythme

La musique, oui, la musique ! C’est une révélation qu’on a eu en étant immergés dans un univers 100% américain, l’anglais, ici, c’est une vraie mélodie. Le rythme, les intonations… on comprend mieux pourquoi Kerouac (à la base francophone) est tombé amoureux de l’anglais en l’entendant dans la rue. A force, la musique finit par rentrer et ça devient plus facile de la chanter à son tour ! On est mieux compris comme ça qu’en faisant dix mille efforts de prononciation. Timing : 4 mois / 7 mois


Super pamphlet de Jamila Lysicott, qui traduit l’importance du rythme (plus que d’une maîtrise de la langue « parfaite ») :


Les refrains habituels Ils sont gentils les profs d’anglais à l’école, mais ils nous apprennent pas toujours l’anglais que parlent les vrais Anglophones, en fait. L’anglais littéraire, c’est bien joli, mais c’est difficile à caser. Au quotidien, il faut assimiler un tas d’expressions qu’on a jamais entendues. Heureusement, ce sont toujours les mêmes. Elles reviennent sans cesse et sans cesse ,comme de vrais refrains. On les assimile très vite. Timing : 1 mois / 3 mois


Top 5 des expressions américaines :

  • How’re you doing? : sorte de « bonjour / ça va » ; à prononcer façon chewing-gum « HAWOUDOUIN »
  • Good! + ses copains superlatifs Great!, Awesome!
  • Sure! : « de rien » ; au quotidien, on l’entend parfois plus que « you’re welcome »
  • Uh huh : oui, nous réclamons le droit à inscrire « hein hein » au rang des expressions ; ça peut surprendre, mais c’est souvent utilisé comme un « oui bien-sûr ! » ou « de rien ! », par exemple au resto quand vous demandez quelque chose ou que vous remerciez quelqu’un
  • I appreciate (your patience / you helping me…) : les Américains sont toujours prêts à remercier et exprimer leur gratitude – un point assez étonnant d’un point de vue français et très appréciable, justement

3. Persévérer

« Yes I can! » C’est le mantra à se répéter sans cesse (même quand un voile d’incompréhension passe devant les yeux de votre interlocuteur ou qu’au bout de trois mots, on vous dit déjà « where do you come from? »). Suivre toute une conversation et (encore plus dur) interagir demandent des efforts de concentration réels qui peu à peu s’estompent. Faut croire que le cerveau doit s’habituer. Le petit accent, les petits défauts de langue, même si on fait de gros efforts, on ne s’en débarrasse pas comme ça. Il faut s’accrocher pour faire des progrès ! Timing : ongoing

Les alibis fun Non, le Bescherelle de la grammaire anglaise ne sera jamais votre meilleur ami. Pour progresser facilement, ça peut être plus efficace faire des choses agréables :
  • regarder des séries (sans les sous-titres !)
  • avoir des lectures qui font plaisir
  • trouver des applis marrantes pour apprendre des mots nouveaux ou expressions typiques : « English Idiom », « Idioms », « USA Slang »
  • ne pas hésiter à s’exprimer à la moindre occasion
  • se fixer des défis (ex : j’ai une semaine pour réussir à caser « jam-packed » dans une conversation (défi relevé BTW))
Timing : ultra-régulièrement (c’est payant !)


All Ears In English, un podcast léger et encourageant :

Animé par deux Américaines punchy, qui donnent plein d’expressions pratiques, d’éclairages sur la culture et de conseils qui boostent. Un exemple d’un épisode sur la confiance en soi en anglais :




La langue de Shakespeare a beau être parlée différemment en Amérique que dans son berceau d’origine. A la côtoyer de plus près, on est plus que convaincus que c’est une très belle langue, contrairement à ce que l’on entend souvent dire ! Vous en dites quoi, vous ?

Pensées

  1. Très sympa et intéressant comme article ! J'ai beau être aux US depuis plus d'un an, j'ai toujours plein de progrès à faire et je vais vous piquer quelques idées pour m'améliorer !

  2. Encore un super article! Et le pire c'est que d'un pays anglophone à un autre les expressions changent, alors la pour le coup tu zappes direct tes vieux cours d'anglais. Rien de tel que la pratique et beaucoup de curiosité

  3. Hehehe j'adore !!

  4. Je pense que ce qui est important, c'est de faire des choses qui font plaisir. Moi j'ai longtemps appris l'anglais essentiellement par l'écrit, je connais plein de mots inutiles que j'ai parfois du mal à prononcer "en vrai". Maintenant quand je regarde/écoute des émissions, j'essaye parfois de répéter tout haut (un peu ridicule, mais bon, chacun ses méthodes ;)). Bonne journée sous le soleil de LA !

  5. Je suis bien d'accord ! C'est enrichissant en plus de s'imprégner des spécificités de la langue d'un pays, car c'est aussi une manière de mieux cerner la culture qui nous entoure. Merci pour ton message

  6. :o)

  7. Ton article est vraiment super! J'ai bien ri en le lisant! Ca ne doit pas être facile tous les jours mais c'est comme pour tout, avec le temps on finit par s'y faire… Je pense qu'on peut apprendre très vite une langue quand on se retrouve en immersion totale.

  8. Haha !! Tellement vrai ! Les premières semaines en immersion sont .. rudes ! Je me souviens avoir fait répéter au moins 3 fois une caissière de supermarché parce que je ne comprenais pas qu'elle me demandait si je voulais mon ticket de caisse. J'ai aussi ressenti que, même si ils se rendent compte que tu es étranger, les américains ne font pas forcément d'effort quand ils te parlent. C'est très énervant, mais au fur et à mesure, on se fait à la langue et ça va mieux.

  9. Hé hé, tant mieux :o) Dans certaines situations, on peut se sentir impuissant : manque de réactivité, difficulté à exprimer vraiment ce que l'on veut dire… Mais comme tu dis, avec le temps, les progrès viennent o/

  10. Oui, j'avoue ! C'est frustrant parfois. Ils font pas toujours d'efforts pour essayer de te comprendre aussi. Je me suis déjà retrouvée dans des situations où ce que je disais me paraissait "anglais", et la personne me regardait en mode "mais de quelle planète tu viens ?!". Avec le temps, on s'est rendus compte que plus on parlait fort, mieux ça passait (à l'américaine quoi ;)). L'avantage de tout ça, c'est qu'on peut pas "contourner" le problème, on ne peut que s'améliorer C'est hyper stimulant quand on commence enfin à gagner en aisance / compréhension !!

  11. A mon avis, c'est la meilleure école pour apprendre une langue.. en plus, c'est hyper stimulant.
    Je me souviens avoir fait répéter 3x à un employé du métro ce qu'il me disait et d'être partie sans avoir compris.

  12. Je découvre votre site, cet article est vraiment sympa, j'aime bien votre"style redactionnel"et je suis bien d'accord avec vous: ça fait des années que je me dit qu'il faut que je regarde un film en anglais sans en avoir le courage.. etpar hasard je suis tombée sur une serie en anglais et j'ai presque tout compris: merci aux voyages et aux gens qui ont fait des efforts pour qu'on se comprenne

Commenter