💼
  • 9 Mar 2015
    par Magali

3 💭

Le cannabis en Californie

Le cannabis est un gros sujet de société aux Etats-Unis. Mais nous qui avions une image de l'Amérique puritaine, on ne s'attendait pas à tomber régulièrement en pleine rue, en plein jour... dans des nuages de fumée de cannabis.

Fumer du cannabis en Californie (edit 2018)

Depuis le 1er janvier 2018, on peut fumer du cannabis en Californie et se promener avec moins de 28 grammes sur soi légalement. Il faut avoir plus de 21 ans, consommer dans un espace privé et ne surtout pas flirter avec la Marie-Jeanne dans les espaces fédéraux, comme les parcs nationaux. Voici une carte des endroits où l’on peut acheter du cannabis en Californie. Préparez-vous sans doute à montrer votre ID. La Californie rejoint ainsi l’état de Wahsington, l’Oregon, le Nevada, le Colorado, l’Alaska, le Maine et l’état de Massahusetts dans la légalisation du cannabis à usage récréatif. Jusque là, il fallait une prescription médicale.


Mes observations en vivant là-bas

Photos du billet : Grassland, de H. Lee
Grassland, by H. Lee - reportage photo sur le cannabis en Californie
« Oh, you live in Santa Cruz? There is a lot of weed there! »

s’exclame le serveur du resto où je déjeune avec Mélo du blog Further West. Il vient de Humboldt, dans le Nord, là où poussent de nombreuses cultures de cannabis californiennes. Avec Mélo, on rigole. L’affirmation nous surprend, mais tombe à point nommé : ce billet attendait sagement dans les brouillons du blog d’être publié.

Sans vouloir sonner comme une mauvaise émission de Capital, il y a un petit monde secret (et légèrement perceptible) du cannabis en Californie. Et notamment dans le Nord, plus vert, et donc plus propice à des cultures que le Sud. On s’en rend compte en y allant.

En roulant sur la 101, les odeurs sont frappantes. Sans les voir, on passe à côté de pas mal de champs de Marie-Jeanne. On a même fait la connaissance d’un ancien cultivateur qui nous a raconté ses histoires. Un photographe, H. Lee de son pseudo, s’est immergé dans cet univers un peu particulier et en a carrément fait un bouquin : Grassland. Quelques unes de ses photos illustrent le billet.

En Californie, il n’est pas rare de sentir des effluves de cannabis en pleine ville. A San Francisco ou à Santa Cruz, réputée « ville cool ». La police locale y est relativement tolérante sur le sujet, mais pas totalement inactive. On a vu où un jeune se faisait alpaguer par un policier un après-midi. Ca rigole pas tant qu’on croit.


* oh, tu vis à Santa Cruz ? Il y a beaucoup de cannabis là-bas
Grassland, by H. Lee

Rétrospective de la légalisation californienne

En 2015, 18,847 détenteurs de cartes de cannabis thérapeutique

  • Avant 2018, seule la marijuana thérapeutique était autorisée en Californie. Au niveau américain, l’état californien est le premier à avoir légalisé le cannabis pour usage médical en 1996. Comment ça se passait en vrai ? Vous aviez un problème de santé, vous alliez voir votre docteur. S’il jugeait que le cannabis pouvait vous aider, il vous faisait une ordonnance, vous obteniez une carte officielle (ce n’était pas obligatoire de l’avoir tant que vous avez une ordonnance médicale). Vous étiez ensuite autorisés à vous procurer du cannabis dans le dispensaire le plus proche de chez vous, ou à faire pousser des plants au fond de votre jardin (maximum 12 pieds non mûrs ou 6 pieds mûrs).
  • Dans les faits, on s’est rendus compte que son usage dépassait le cadre médical. Certains Californiens possèdaient la carte juste pour pouvoir consommer ou faire pousser leurs petites plantations sans souci. Pour les autres, il restait le marché noir, ou… le Nugtella, une pâte à tartiner noisette-cannabis fabriquée par une boîte de San Jose.


  • La légalisation en Californie

  • La Californie était l’un des états les plus ouverts aux USA à un assouplissement du cadre législatif. La loi sur le cannabis avait été allégée en 2011 pour les « petits détenteurs » : quelqu’un pris en possession de moins de 28 grammes de marijuana était susceptible d’être poursuivi pour infraction (et non plus délit) et puni d’une amende d’un montant maxi de 100 dollars. La possession de grosses portions, la vente, et la possession / culture en vue de vente restaient, elles, gravement punies.
  • L’état était bel et bien sur la voie de la légalisation pour 2016 (concernant les usages récréatifs). Lors du dernier référendum sur le sujet, en 2010, elle avait pourtant été rejetée. Un nouveau référendum en 2017 l’a faite passer.


  • Marché noir VS. marché légal : les zones d’incertitude

  • Avant, les cultivateurs de marijuana pour usage thérapeutique devaient avoir un but non lucratif, et être rattaché à un dispensaire, chargé de vendre le « produit fini ». Sauf que… le marché noir co-existait avec ce marché légal, le gain étant plus fort en vendant illégalement (du fait des taxes de l’état élevées).
  • Comment va évoluer le marché noir avec la légalisation ? Les spéculations sont ouvertes. Le modèle économique qui pourrait émerger de la légalisation continue de poser question : apparition de gros producteurs ? hausse des prix des fournisseurs d’électricité ? Une chose est sûre : il y a une grosse manne à récolter avec le chanvre, et cela pourrait changer la donne actuelle.

Cabane Cannabis CalifornieMarijuana, USA

Et au niveau fédéral américain, ça se passe comment ?

Le cannabis est illégal au niveau national depuis 1937. Une partie des Américains comparent cela à la Prohibition. Pour certains, cette interdiction aurait davantage trouvé sa source dans les tensions inter-ethniques de l’époque (vis-à-vis des Mexicains-Américains et des Afro-Américains) que dans une vraie démarche de santé publique. Le débat sur la légalisation est récurrent aux Etats-Unis.

L’équipe éditoriale du New York Times (!) s’est positionnée pour, avec un dossier spécial en 2014. La Maison Blanche, elle, reste claire sur sa position (contre) – son argument principal étant la protection de la santé des jeunes.

Les états fédérés, eux, ont développé des cadres juridiques différents. Cela a mis un peu la zizanie. Plus de 20 états américains ont légalisé l’usage thérapeutique du cannabis. Plusieurs états ont dépénalisé le cannabis ces dernières années, dont l’Oregon, le Colorado et l’état de Washington. Pour un usage récréatif, il y est possible d’acheter librement du cannabis en point de vente.

Ce n’est pas sans débat. Certains craignent l’émergence d’un « pot tourism » (cannatourisme), les états frontaliers s’en plaignent, et le Mexique s’interroge sur l’effet que cela pourrait avoir sur les cartels de drogue.

Attention grosse subtilité, comme je le disais : où que ce soit, l’usage du cannabis reste strictement interdit dans les parcs nationaux et autres territoires gérés par l’Etat (avec un grand E). C’est en effet la loi fédérale qui y prévaut, pas celle de l’état fédéré. Ce n’est pas une blague : des personnes se sont déjà faites arrêtées à Yosemite pour cela.


Commenter




3 réactions
  1. Super intéressant, j'ai appris pas mal de choses !
    C'est vrai que la remarque, à peine une seconde après avoir évoqué Santa Cruz, du serveur nous aura bien fait rire !

    • Hihi ! Oui, et il était tellement enthousiaste en plus 🙂

  2. Par rapport aux années 60/70 avec ses communautés psychédéliques spécialement actives en Californie et grandes consommatrices de produits de synthèse (LSD …) on peut voir ça comme un moindre mal.
    La littérature américaine d'aujourd'hui met souvent en situation des personnages extrêmes, des anti-héros, soumis à toutes les addictions possibles …. on a comme l'impression, vu d'ici, qu'ils prennent ces phénomènes d'addiction au sérieux et la liste des ces addictions tend à s'allonger.

    Anonyme